Ces attitudes qui n’aident pas les artistes tchadiens à évoluer

Article : Ces attitudes qui n’aident pas les artistes tchadiens à évoluer
12 août 2017

Ces attitudes qui n’aident pas les artistes tchadiens à évoluer

Le truc est très simple : les artistes tchadiens sont absents des scènes nationales car il faut qu’un artiste étranger soit là pour les y retrouver. Ne parlons même pas des scènes sous régionales, régionales et internationales. Ils n’y sont pas, une absence qui, apparemment n’en émeut pas grand monde pour autant.
Comment comprendre cela ? À l’heure où ailleurs on voit des jeunes sortir des bas-fonds des sous quartiers et se hisser au sommet du showbiz africain ? À qui revient la faute de cette étrange absence ? Aux artistes d’abord eux-mêmes bien sûr et ensuite à cet étrange public qui vit une musique mais qui publiquement semble inconditionnel de la musique tchadienne. Un drôle de paradoxe hein ? Parlons-en un peu.
Ces artistes qui ne savent pas s’apprécier
Quand un artiste commet un nouveau single ou un nouvel album, ce qui arrive une fois tous les deux ans pour la majorité, on assiste toujours et toujours à la même comédie. Ça commence par la publication dudit artiste sur les réseaux sociaux : il va vous annoncer le titre de l’année, et du siècle s’il n’a pas un peu de jugeote, c’est le titre qui va révolutionner la scène, qui va propulser la musique tchadienne sur le toit du monde (MDR ! gros LOL !)
A la suite de cela, va commencer le ballet des félicitations des autres artistes, des félicitations, des encouragements, « soutien total à toi bro ! » etc. etc. en réalité, ce sont des balivernes, de l’enfumage même. Très peu ont même d’ailleurs écouté la musique en question. En fait, ils ne font que se rendre les politesses, quand j’ai sorti ma part, il a fait pareil alors je fais pareil aussi. La conséquence est qu’aucun artiste ne subit la critique de ses collègues avant ou après la sortie d’une chanson. Bien malin l’artiste qui va s’amuser à critiquer (ouvertement) la musique d’un autre car la roue tourne.
Pour illustrer mes propos, il y’a un artiste qui a commis dernièrement un single accompagné d’un clip vidéo portant sur la magie du travail. Un morceau d’un certain calibre mais, malheureusement, au début dudit morceau, il a fait, en français en plus, une déclaration qui aux yeux du monde entier reviendrait à dire que la terre ne tourne pas autour du soleil. Hum ! Allons seulement !

Un public plein de paradoxes, il dit une chose, mais fait autre chose

Ne dit-on pas qu’on a public qu’on mérite ? C’est le cas des artistes tchadiens. Ils ont effectivement le public qu’il mérite. Comme ils ont décidé d’enfumer le public avec des productions approximatives, ce dernier lui rend aussi sa politesse en l’enfumant d’un pseudo soutien.

Prenez la playlist du smartphone d’un jeune tchadien, chez 1 sur 10, vous y trouverez un son tchadien, qui lui a sûrement été envoyé par WhatsApp mais qu’il n’a d’ailleurs jamais écouté. A la maison il est scotché aux chaines de musique internationales où les artistes tchadiens ne passent pas. Mais étrangement, sur les réseaux sociaux, pour surement faire l’intéressant, la majorité vous crieront leur amour du la musique du 235 qu’ils déclareront être leur opium, enfumage !
Le public est peut-être officiellement musicalement patriotique, mais officieusement réaliste et pour diverses raisons n’attend pas grand-chose de leurs artistes, mais néanmoins ne désespère pas. On ne sait jamais. Sérieusement on sait que l’international ce n’est pas pour demain. Finalement, les artistes se sont d’ailleurs détournés de ce mauvais public pour s’en remettre aux consommateurs de jus de maïs qu’ils sont allés rejoindre dans leurs chapelles.

Arrêtez donc d’être des ambulanciers, vous conduisez ainsi les artistes aux urgences !
« Wow! Wow! Wow! », « Le Tchad aussi », « 235 en force », « c’est le Tchad qui gagne » etc. etc. arrêtez de vous mentir à vous-mêmes ! Y’a pas de quoi déclencher les sirènes d’une ambulance à chaque fois que quelqu’un va nous pondre un morceau moyennement correct. Soyons modestes dans l’appréciation, ne faisons pas d’un chaton un lion quand même ! Ce sont nos amis qui se nourrissent au jus de maïs qui en paieront le prix fort à la fin.
L’enfumage des artistes de la diaspora
Soyons clairs, les artistes de la diaspora n’attendent rien, sincèrement rien du public tchadien. Le but est de se hisser au premier rang de la demande au Tchad et ainsi venir gagner des cachets conséquents au détriment même de leurs collègues locaux. Ils utilisent ce qui se font passer pour influenceurs web pour atteindre leurs objectifs ; objectif qui n’est en aucun cas le rayonnement de la musique tchadienne. Il s’agit purement et simplement de leur propre rayonnement. Quel est l’apport des artistes de la diaspora au rayonnement de la culture tchadienne locale ? Je vous laisse cette question, nous y répondrons dans un prochain billet.

Partagez

Commentaires

Mtato Did's
Répondre

Wahou!!!! Une triste réalité et vérité qui ne laisse dire un mot. Cordialement Mtato Did's artiste Tchadien

Dounia Djmrangaye
Répondre

Je valide! bien visé, c'est une triste réalité. J'ai été moi ll'object de plusieurs critiques parceque j'ai un répertoire de clips audio et vidéo de la musique Tchadienne au prétexte que je n'écoute pas de la bonne musique

Dounia Djmrangaye
Répondre

Je valide! bien visé, c'est une triste réalité. J'ai été moi l'objet de plusieurs critiques parce que j'ai un répertoire de clips audio et vidéo de la musique Tchadienne au prétexte que je n'écoute pas de la bonne musique

ZABB
Répondre

L'activisme culturel en marche . C'est malheureusement vrai tout ça papa. Qu'es ce qu'on fait alors pour sortir notre industrie musicale du trou ?

Aristide
Répondre

Très bonne analyse. Ce truc je l'ai aussi dit il y a un an... C'est terrible..
vous pouvez lire ici..
https://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/musique-tchadienne-des-vaines-querelles-1/

pheniximagine
Répondre

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre article mon cher et vraiment chapeau bas... J'ai comme l'impression que nos écrits continuent de tomber dans les oreilles de sourds, dommage

Moyalbaye Youssouf Daïrou
Répondre

En parti vrai. Les efforts doivent venir des 2 côtés.

Stev'N-T alias Tonton le Blanc
Répondre

Je suis triste de l'admettre hélas c'est une vérité et une triste réalité.
Une chose est sûre le combat est loin d'être gagner et arrêtons de nous voiler la face le changement de mentalité reste encore autant un combat houleux.
Reconnaissons oui, que nous avançons à pas de caméléon mais que ceux qui ont suivi l'art tchadien pourrons aussi affirmer que nous avons franchi un nombre considérable de pas.
L'art tchadien est virusé parce que tout le monde se prend pour un donneur de leçon, pour un fin connaisseur, pour un expert, et que sais je encore ...ainsi aujourd'hui les artistes sont perdus en quête d'une identité mais j'ai toujours dit qu'il n'y a pas d'effet miracle; il faut de la création et la communication (il faut vendre notre art).
Cordialement

pheniximagine
Répondre

Je retiens de ton propos que l'art tchadien a besoin d'une identité. Au moment où on semblait commencer à enraciner une identité, l'arrivée de la musique urbaine avec ses influences venues des pays avoisinant nous a asséné un uppercut