#RegleeCommeElle c’est pas facile !

Sharing is caring!

Campagne #RegleeCommeElle
crédit photo: Entreprendre l’Afrique

 

Les règles ! Hum ! Les fameuses règles ! Pas celles dont se servaient les maitres et maitresses pour terroriser mes doigts moi qui étais si nul en table de multiplication. Il s’agit d’autres règles, ces règles qui selon les règles de nature sont propres à la femme. Ces règles dont je connaissais que vaguement l’existence grâce aux cours de sciences naturelles du secondaire. Sans le savoir, ces règles là allaient être omniprésentes mais, leur signification allait évoluer avec moi.

Les règles de sortie

En plein cours, je suis en classe de 1ère A4 allemand. Une fille lève son doigt :

  • Monsieur, svp je peux sortir je suis indisposée?

Le prof la dévisage un instant ; elle a le visage froissé par le malaise et une main qui instinctivement se pose sur son bas ventre. Un prof de bonne foi ayant eu le temps de détecter les différents signaux que lui envoie l’élève lui accorde automatiquement la permission de sortir. Seulement, au fur et à mesure, quelques camarades masculins à l’esprit plus tordu que le mien vont répéter le même geste pour aller trainer dehors. Plus encore, quand cela vire à un défilé de filles qui entrent et sortent de la salle de classe, le prof prend une décision lourde de conséquences.

  • ça suffit ! plus personne ne sort !

Ces règles là, je ne m’en préoccupais pas, elles ne servaient à rien du tout sinon à permettre à certains camarades d’animer la galerie quand notre bien naïf prof d’anglais posait toujours la question qu’il ne fallait pas :

  • qu’est ce que tu as mademoiselle ?

Et là c’était fichu pour la fille, avant qu’elle ne puisse dire un mot, les réponses fusaient du fond de la salle de classe : « elle saigne ! Elle a tâché sa jupe ! Avortement difficile ! Elle a la diarrhée ! » Cela faisait rigoler toute la salle de classe ! Moi ça m’agaçait à la limite. Pour moi ce n’était pas important mais très vite j’allais découvrir à quel point je me suis trompé.

Les règles en retard

C’est quand tu es assis avec ton meilleur pote et qu’il a la tête dans les étoiles ; même un casier de bières n’arrive pas à le ramener sur terre. Il est préoccupé en fait car sa copine n’a pas encore vu ses règles. Ça devait arriver il y’a déjà une semaine mais où sont-elles passées ? Pourquoi prennent-elles autant de temps ? En fait il a enfreint une règle des règles : ne pas mettre leur régularité à l’épreuve par l’introduction d’objet irresponsable dans leur sanctuaire durant une période donnée sans protection. L’attente devient insupportable plus souvent pour le gars que pour la fille. Quand finalement elles finissent par arriver, le gars est tout joyeux ; qui aurait imaginé voir un gars aussi joyeux de voir ce sang spécial arriver ? Quoi qu’il en soit c’est aussi comme ça que ces règles peuvent dérégler la vie tranquille d’un gars qui se cherche.

  • Gars c’est bon! elle a vu ses règles Dieu merci! 

Moi aussi je suis passé par là et connaissant l’angoisse de cette attente, j’étais aussi heureux pour mon pote.

Les règles de panthère

En faisant mon entrée dans la république du piment dès l’université, j’ai déchanté. Les panthères  de nos capitales africaines, elles ont toujours des mouchoirs hygiéniques dans leur sac à main et ce n’est pas toujours pour couper le ruissellement de sueur sur leur visage ou sur leur entre-seins. Quand elle t’expose un problème d’argent et qu’elle débarque chez toi toute sexy, ne te fait pas d’illusion. Tu vas caresser la petite, embrasser la petite, ta température va grimper pendant que la panthère est sereine, elle t’accompagne même, rendant elle-même tes mains de plus en plus audacieuses,  jusqu’à ce que tu tombes sur ce paquet bien garni dont la consistance ne laisse planer aucun doute dans ta tête : elle a ses règles !  Au final elle aura ce qu’elle est venue chercher (l’argent) et toi t’auras rien de ce que tu espérais.

Combien je déteste ces règles là, il y’a quelques légendaires gars du quartier que j’entends souvent dire « gars j’ai enlevé les bêtises (allez savoir de quoi il parle) il n’y avait rien! moi je ne tombe plus dans le modèle là! ». Pour mon cas, j’ai jamais essayé, je digère seulement, modèle ou réalité? Les courageux savent. Toujours est-il que j’ai entendu certaines panthères souvent vanter les vertus des « leurs » règles là. Faut pas se leurrer pour autant? Ces règles là ne s’appliquent qu’aux pigeons. Quand une panthère a les règles naturelles, par opposition aux règles fictives et stratégiques, elle dit qu’elle est en congé technique.

Les règles de la rupture

 

femme pensive
crédit photo: shutterstock

Elles sont les plus douloureuses, les plus inattendues. Ce sont celles de la femme, qui se fait pointer du doigt à longueur de journée, par le voisinage, par sa belle-famille. Pourquoi n’a-t-elle pas d’enfants ? Que fait-elle avec notre fils ? Est-elle venue en mariage juste pour remplir les toilettes ? La femme-ci n’a-t-elle pas trempée ?  Ces mots qui sont dites sur elle, à son insu par les plus scrupuleux et c’est sans parler des regards plein de dédain et de mépris que lui jettent les membres de sa belle-famille. Cette femme déteste ses règles et en souffre énormément au plus profond même de sa chair. Ce qui hier étaient pour elle une preuve irréfutable de sa capacité à donner la vie devient aujourd’hui l’objet de toute ses interrogations, de toutes ses angoisses, de toutes ses inquiétudes.

 

Si je n’ai pas connu durant mon parcours les règles comme un sujet tabou dans mon entourage, il est des régions dans le monde où c’est encore un sujet tabou et dont les conséquences dépassent notre imagination. Rejoignez la campagne #RegleeCommeElle lancée par l’afroptimiste Sandrine Naguertiga et brisons la glace.

Sharing is caring!

One thought on “#RegleeCommeElle c’est pas facile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *