Lettre de fin d’année à la culture tchadienne

Chère culture, depuis que l’or noir tchadien a perdu de sa superbe, tu es apparemment devenue le terrain privilégié des propagandistes, des voyeuristes, des visionnaires, des bienfaiteurs, des activistes… Si tu le veux bien, en ce début d’année, je vais faire pour toi le devoir d’intendance qu’il se doit.  Lire la suite